garcon_hr_02.jpg

La dyslexie

La dyslexie: Quand devrais-je soupçonner une dyslexie-dysorthographie chez mon enfant ?

Les difficultés d’apprentissage de la lecture et de l’écriture peuvent être temporaires chez un enfant. Toutefois, lorsque les difficultés d’apprentissage persistent en dépit d’un enseignement approprié et que l’on observe des troubles dans les mécanismes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, on peut alors suspecter une dyslexie et référer l’enfant pour une évaluation neuropsychologique.

 

Exemples de manifestation de la dyslexie lorsque l'enfant lit:

graph_01.png

Exemples de manifestation de la dyslexie lorsque l’enfant écrit:

graph_02.png

* Il écrit aujrdui pour aujourd’hui; désinie pour désigne; nies pour mes).

 

** comme ils se prononcent et il faut parfois les lire à voix haute pour comprendreIl écrit l’endemint pour lendemain; écrit saise pour seize; écrit parfoua pour parfois).

*** Enfant, anfant, anfent.

**** L’enfant étudie et connaît ses mots de vocabulaire à la maison mais il ne s’en souvient plus à l’école et obtient de mauvaises notes dans ses dictées et épreuves d’écriture.

ecriture_enfant.png

La dyslexie est un trouble d’acquisition et de maîtrise du langage écrit, ce qui inclut non seulement la lecture, mais aussi l’écriture et l’orthographe ; c’est pourquoi on associe souvent dyslexie et dysorthographie. Pour apprendre à lire, l’enfant doit apprendre le son des lettres et il doit apprendre à découper les mots en syllabes. Pour devenir un bon lecteur, l’enfant doit maîtriser les deux voies d’accès à la lecture, soit la voie phonologique et la voie lexicale.

 

Ce sont les processus de la voie phonologique qui lui permettent de faire ces apprentissages et d’être en mesure de faire la correspondance entre les phonèmes et les graphèmes. La voie phonologique permet donc l’accès à la lecture de nouveaux mots et de pseudo-mots (ex. : libartou).

Par ailleurs, lorsque vient le temps de lire des mots connus, des mots fréquents et des mots irréguliers, l’enfant doit être capable de lire le mot dans sa globalité sinon la lecture demeurerait syllabique, ce qui nuirait à la compréhension du texte. Prenons par exemple, le mot irrégulier monsieur : une lecture syllabique serait mon-si- eur, ce qui n’a pas de sens pour l’enfant. C’est la voie dite lexicale qui permet à l’enfant de faire cette reconnaissance globale du mot. La voie lexicale rend donc possible une lecture fluide et plus rapide. La dyslexie se caractérise par une atteinte à l’une ou l’autre de ces deux voies d’accès à la lecture, ou aux deux voies simultanément. Il y a donc trois formes de dyslexie, soit la dyslexie lexicale, la dyslexie phonologique et la dyslexie mixte.

graph_05.png

Qu’est-ce que la dyslexie-dysorthographie?

 
 

Le TDA/TDAH

Qu’est-ce que le trouble du déficit de l’attention et quand devrais-je soupçonner un TDAH ou un TDA chez mon enfant?

Le trouble du déficit de l’attention se manifeste parfois avec de l’hyperactivité (TDAH) et parfois sans hyperactivité (TDA).

Le TDAH se caractérise par des comportements d’agitation, d’impulsivité et d’inattention. Ces comportements nuisent à la capacité d’adaptation du jeune dans toutes les sphères de sa vie et surtout dans son parcours scolaire. De plus, quand l’impulsivité est importante, l’enfant a tendance à prendre des risques, à faire des crises de colère, à réagir promptement par des gestes agressifs et à avoir de la difficulté à réguler ses émotions. Tous ces comportements ont un impact négatif dans les relations interpersonnelles que l’enfant entretient avec son entourage (ses amis, ses parents, ses enseignants, etc).

 

En neuroscience, il est maintenant clairement établi que le TDAH est associé à des déficits des fonctions exécutives comme par exemple la mémoire de travail, la planification de l’action, l’inhibition, l’organisation, etc. À l’adolescence et à l’âge adulte, l’agitation motrice va souvent diminuer, mais les comportements d’inattention et d’impulsivité, ainsi que les déficits exécutifs ont tendance à persister chez la majorité des personnes avec un TDAH.

 

Pour sa part, le TDA se manifeste principalement par des comportements d’inattention et parfois une lenteur du traitement de l’information. L’enfant avec un TDA n’a pas d’agitation motrice et il ne dérange pas en classe. Il a plutôt tendance à être dans la lune, à oublier ses effets personnels et à ne pas avoir le temps de terminer ses travaux. Au plan du fonctionnement cognitif, on observe que les personnes avec un TDA ont des difficultés dans plusieurs épreuves d’attention (attention soutenue, attention partagée, etc.) et certains d’entre eux ont une lenteur importante dans l’efficacité du traitement de l’information. Ces difficultés affectent significativement le fonctionnement en classe et les capacités d’apprentissage. Tout comme pour le TDAH, ces difficultés ont tendance à persister à l’âge adulte.

Exemples de manifestation d’un TDAH :

graph_03.png
graph_04.png

Exemples de manifestation d’un TDA :

* il fait des crises de colère et cela affecte ses relations avec les autres,

** l’enfant a du mal à faire un effort mental soutenu, à se concentrer sur ce qu’il doit faire,

*** à organiser ses travaux, à planifier ses tâches à accomplir, il a tendance à être brouillon,

Les filles avec un TDAH : une minorité silencieuse qui passe trop souvent sous les radars des intervenants

L’intérêt scientifique pour mieux comprendre le TDAH chez la fille est très récent. Pendant de nombreuses années, les échantillons des études étaient majoritairement composés de garçons. Aujourd’hui, nous savons que les filles qui ont un TDAH ont moins d’agitation motrice et moins d’attitude dirigiste et opposante que les garçons ; elles dérangent donc moins et passent plus souvent inaperçues.

Pourtant, elles ont des comportements d’inattention, des moments impulsifs et des difficultés dans la régulation de leurs émotions qui nuisent à leur fonctionnement au quotidien. Elles ont également tendance à avoir davantage de symptômes d’anxiété que les garçons. L’évaluation du TDAH chez la fille est une démarche complexe, qui doit tenir compte de ces avancées scientifiques.

flle_tda.png

Pourquoi demander une évaluation au Centre de psychologie M-C Guay?

  • L’évaluation du TDA et du TDAH requiert une collecte d’informations diversifiées. Notre analyse tient compte d’un ensemble d’observations : les comportements de l’enfant à la maison et à l’école, les fonctions exécutives, les capacités d’attention, l’efficacité du traitement de l’information, etc. Nous établissons une évaluation rigoureuse et exhaustive afin d’identifier, le cas échéant, les autres troubles associés au TDAH et au TDA (troubles de comportements, troubles d’apprentissage, troubles anxieux, etc.).

  • Depuis plus d’une quinzaine d’années, Mme Guay a développé une solide expertise dans le domaine du TDAH et du TDA. Étant chercheure à la Clinique des troubles de l’attention de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, elle a mené plusieurs études qui avaient pour but de mieux documenter le fonctionnement cognitif de ces jeunes ainsi que de développer et d’implanter des programmes d’intervention novateurs qui visent à favoriser une meilleure adaptation de ces jeunes.

  • Également, elle donne régulièrement des conférences et des ateliers de formation pour mieux former et préparer les neuropsychologues, les psychologues, les pédiatres et les médecins qui œuvrent auprès de ces jeunes.

  • L’expertise acquise par les membres de notre équipe nous permet de faire des recommandations personnalisées au jeune qui a un TDAH ou un TDA. Enfin, lorsque c’est nécessaire, nous pouvons offrir un suivi en psychothérapie afin d’aider ces jeunes à mieux s’organiser, à être plus attentif et à diminuer la fréquence de leurs comportements d’opposition.